0

Mon panier

L’ingénierie éclairée

Isolation acoustique : quelques erreurs à éviter !

Lecture 4 mn
Partager sur Linkedin

Lors de travaux d’amélioration acoustique, certaines erreurs peuvent être observées par méconnaissance ou lorsque seule la notion d’isolation acoustique est prise en compte. Ce qui a pour conséquences de générer d’autres problèmes gênants pour les occupants d’un logement.

Il est parfois difficile de faire la part des choses entre l’isolation acoustique et l’isolation thermique par exemple. Or, ce sont des notions bien différentes. Il est important de garder à l’esprit que l’amélioration de l’isolation thermique n’améliore pas forcément l’isolation acoustique et vice versa. Parfois même, elles s’en trouvent dégradées.

Voyons ensemble quelques exemples d’erreurs souvent observées qui se révèlent inefficaces, voire qui peuvent nuire au confort d’un logement.

Négliger la ventilation

Il ne faut pas considérer la modification de la ventilation comme secondaire. Supprimer toute ventilation pour espérer une meilleure isolation acoustique conduit inéluctablement à des problèmes. Et ceci d’autant plus vite et de façon plus sévère que la production de vapeur d’eau est importante dans le logement (nombre d’occupants élevé, nombreuses lessives, cuisine importante…).

Il est indispensable d’étudier les solutions de ventilation (conjointement avec les améliorations acoustiques projetées) en prenant en compte la ventilation de l’ensemble du logement et non des seules pièces concernées par l’amélioration acoustique.

Délaisser le confort d’été

En saison chaude, la température à l’intérieur du logement peut s’élever notablement. Il est alors habituel d’ouvrir les fenêtres, soit pour provoquer un courant d’air, soit pour accélérer le rafraîchissement du logement lorsque la température extérieure s’abaisse. Mais en zone bruyante, le confort acoustique oblige à maintenir fermées les fenêtres qui sont exposées au bruit.

Pour remédier au problème, les baies vitrées peuvent être équipées de protections solaires pour réduire les apports solaires. Il est également intéressant de posséder une ventilation efficace dont le débit puisse être aisément modifié. Une bonne utilisation consiste à choisir une forte ventilation quand la température extérieure est inférieure à la température intérieure, c’est-à-dire la nuit, ce qui assure un meilleur refroidissement du local. A l’inverse, le jour une faible ventilation permet de ventiler le logement sans brasser trop d’air et conduit à un moindre réchauffement.

Coller des films sur les vitrages

Certains fabricants proposent des films polyester adhésifs à appliquer sur les vitrages existants pour en améliorer, soit les caractéristiques énergétiques (films solaires), soit la résistance mécanique (films de sécurité). On pourrait être tentés de penser que cela joue en faveur de l’acoustique. Il n’en est rien, ces films n’améliorent en aucun cas l’isolation acoustique.

Sous-estimer les bruits intérieurs

Un bruit peut en masquer un autre. Aussi les bruits provenant de l’extérieur peuvent masquer les bruits des voisins. Si on réduit les bruits extérieurs en renforçant l’isolation acoustique de la façade, il est possible que certains bruits intérieurs jusque-là inaudibles deviennent gênants. Il est donc important, avant d’entreprendre tous travaux visant à renforcer l’isolation vis-à-vis de tel ou tel bruit, d’examiner la qualité acoustique d’un logement face aux différents types de bruits (aériens extérieurs, aériens intérieurs, impacts, bruits d’équipements).

À titre d’exemple, citons le cas d’une personne occupant le troisième étage d’un immeuble et étant le seul à se plaindre du bruit produit par un bar ou une salle de concert situés au sous-sol du bâtiment. Cette discothèque avait fait l’objet de travaux d’insonorisation et les habitants des premiers niveaux en étaient parfaitement satisfaits. L’examen des lieux a montré qu’au troisième étage des doubles fenêtres avaient été récemment placées. Ces travaux avaient amélioré de façon importante l’isolation vis-à-vis des bruits extérieurs et ceci, allié à une bonne isolation vis-à-vis des proches voisins, avait conduit à une ambiance sonore particulièrement calme d’où seul émergeait le peu de bruit qui subsistait encore en provenance du bar ou de la salle de concert.

Lors de travaux visant à l’amélioration acoustique des logements, il est essentiel d’envisager les travaux de réhabilitation dans leur globalité. Ceci afin d’optimiser l’efficacité des améliorations apportées, mais également pour ne pas générer d’autres problèmes. En termes d’acoustique, le recours à un expert permet d’appréhender toutes les dimensions de la réhabilitation et d’éviter des erreurs qui peuvent être préjudiciables pour les occupants d’un logement.

Pour approfondir vos connaissances en termes d’acoustique, c’est par ici.

J’aime cet article 0 likes
Partager sur Linkedin

Débats et réactions

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques sur l’audience du site ou par des sites tiers à l’occasion de certains services du site (vidéo, réseaux sociaux…).

En savoir plus sur les cookies et les données personnelles.